Article : Retour vers le futur des profils atypiques

E.T

Retour vers le futur des profils atypiques

Un retour vers le futur des profils atypiques en entreprise. Une tendance qui semble se confirmer, aux prémices d’une ère nouvelle. 

Une ère ou “les travailleurs” sont amenés à exercer plusieurs métiers au cours de leur vie professionnelle voir plusieurs statuts d’emploi : salariés, auto entrepreneurs, indépendants, professions libérales…

E.T
Extra terrestre

Hier, ces profils atypiques paraissaient extra terrestres. Demain ils représenteront probablement une norme.

Mais en fait, qu’est ce qu’un profil atypique ?

Un profil atypique aujourd’hui est le profil d’une personne dont le parcours ne rentre pas dans les standards des autres profils attendus jusqu’alors, pour un poste donné.

Encore actuellement, une personne qui a exercé plusieurs métiers est considérée comme ayant un profil atypique.  Parce qu’elle s’est reconvertie, a décidé de changer de vie, de région, de faire ce qu’elle a toujours voulu faire.  Parce qu’elle est curieuse et a envie de connaitre d’autres choses.

Souvent étiquetés

Ces profils atypiques peuvent effrayer car souvent étiquetés comme instables. Ils sont là où on ne les attend pas. Non formatés et fort d’une expérience construite dans la diversité et le mouvement.

Et pourtant… 

Ces profils ont une faculté d’adaptation ou d’acculturation naturelle. Ils ont remis leur titre en jeux à plusieurs reprises, sont sortis de leur zone de confort. Ils ont rarement peur du changement ni de prendre des risques. Le contraste de leurs compétences fait d’eux des personnes polyvalentes susceptibles de répondre à plusieurs enjeux à la fois. Ce sont de fabuleux ambassadeurs du transfert de compétences d’un poste à un autre. Leurs expériences ne sont pas homogènes. Elles leur apportent une véritable présence tout terrain qu’elles n’hésitent pas à partager.  En revanche, ces profils atypiques peuvent  bousculer les habitudes. Et bannir à jamais la phrase « on a toujours fait comme ça ».  Toutefois, ils peuvent être un levier de motivation pour les collaborateurs plus anciens dans l’entreprise. Produire un effet Pygmalion quand les habitudes neutralisent l’adaptation.

Le potentiel prendrait-il le pas sur l’expertise ?

Les changements perpétuels dans l’environnement des entreprises accélèrent cette tendance. Ils expliquent au moins en partie que la capacité opérationnelle d’adaptation devient une des compétences prioritaires. Les profils « prêt à porter » si sollicités sur le marché ne sont plus automatiquement adaptés. Le potentiel prendrait-il le pas sur l’expertise ? Cette tendance est moins prononcée dans les entreprises qui souhaitent à tout prix éviter les « erreurs de casting ». C’est encore le cas notamment dans certaines petites et moyennes entreprises qui privilégient les copiés collés de profil déjà existants.  Toutes les entreprises n’ont pas non plus , quand elles en ont un , un service RH composé de collaborateurs aguérris à la gestion prévisionnelle des emplois dans leur secteur d’activité, pour anticiper les besoins en termes de métiers, de formation et de savoirs être.

Alors, quelques pistes de bon sens

Parce que le recrutement n’est pas une science exacte, ne pourrait-on pas: Se familiariser avec des niveaux logiques différents. En effet, ces profils atypiques ne perçoivent pas les leviers traditionnels de motivation de la même façon. Le salaire, l’évolution hiérarchique, le nombre de jours de RTT ne font pas partie de leur logique d’avancement de carrière. Leur choix est davantage guidé par d’autres critères : la compatibilité des valeurs de l’entreprise avec leurs propres valeurs , la politique RSE de l’entreprise, le climat de confiance , l’organisation du travail, le travail collaboratif…

L’arrivée des nouvelles générations sur le marché du travail

L’arrivée sur le marché du travail des nouvelles générations (Z) va accélérer cette tendance.  Vouloir dessiner son propre poste, vivre des expériences variées, sans plan de carrière à priori sur fonds de responsabilité et de liberté.

Retour vers le futur

Retour vers le futur
Retour vers le futur

MAIS sans réparer le passé à tout prix qui n’a pas forcément besoin de l’être. SANS remettre en cause ce et ceux grâce à qui le présent est possible, avec humilité. Ce retour vers le futur sera probablement l’itinéraire dès 10 prochaines années avec ou sans GPS.

Alors, en 2030, après avoir assisté à la naissance de beaucoup de métiers inconnus aujourd’hui, les personnes qui entrent sur le marché du travail aujourd’hui seront ceux qui donneront le tempo. Ce ne seront plus des profils atypiques….la norme aura changé. C’est pourquoi il est souhaitable de se préparer dès maintenant.  Dessiner la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences de demain.

Comment ? En expérimentant l’alchimie

En accueillant d’un œil bienveillant l’ouverture et le non conformisme. En expérimentant le mélange improbable de profils différents en entreprise pour que chacun puisse trouver sa place. D’ailleurs, la cohabitation progressive des générations au sein d’une même entité commence déjà à porter ses fruits sur fonds d’une belle solidarité.

En bref et en conclusion  : Ozez le futur

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Les derniers articles

Vous souhaitez nous contacter ?

Nous sommes à votre écoute